COVID-19, Conditions de vie et Comportements : Enquête Longitudinale dans le SEnégal Rural

Problématique : 

Dans le contexte inédit de pandémie mondiale de la COVID-19, il apparaît que la diffusion de la COVID-19 en Afrique Sub-Saharienne reste limitée, notamment dans les pays à l’ouest du continent, mais les incertitudes demeurent quant à l’évolution de la pandémie. Dans des contextes nationaux où les pouvoirs publics ne sont pas systématiquement en position d’atténuer substantiellement le choc économique induit par la pandémie, les zones rurales pourraient jouer un rôle majeur d’accueil comme en témoignaient les mouvements de populations issues des grandes villes en 2020. Ce rôle pourrait évoluer en fonction de
l’attitude des populations rurales à l’égard des mouvements de populations urbaines et de
leurs perceptions des risques associés.

Objectifs : 

Dans le cadre d'une collaboration entre l'UMR Vitrome et l’Observatoire Régional de la Santé, ce projet de recherche combine des objectifs scientifiques et opérationnels. Sur un plan scientifique, il s’agit d'analyser les réactions des populations en situation de crise sanitaire COVID-19. Sur un plan opérationnel, notre projet comporte un dispositif longitudinal pour suivre la dynamique des réactions du public à la pandémie de COVID-19, à mesure que celle-ci se transforme, et d’évaluer la pression qu’occasionne la COVID-19 sur les zones rurales.

Méthodologie : 

Les données sont collectées dans une zone rurale du Sénégal, le bassin de Niakhar en pays Sereer.
L’étude repose sur une enquête téléphonique longitudinale en population générale pour étudier
la perception des risques, les attitudes, les comportements préventifs et l’impact économique perçu.

État d'avancement : 

La collecte de données est en cours dans 9 villages ruraux et 3 villages semi-urbains du bassin de Niakhar au Sénégal, auprès de 600 chefs de ménage, leur épouse en charge de la gestion domestique et des personnes présentes à cause de la COVID-19. Trois vagues d’enquête sont prévues : la première vague a été réalisée entre fin juillet et septembre 2020 (513 chefs de famille et 455 épouses ont répondu à l’enquête), la seconde vague a débuté le 8 octobre 2020 et la dernière en avril 2021.