Vous êtes ici

Nouvelles données sur les perceptions des habitants de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur

Nouvelles données sur les perceptions des habitants
de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur

 

 

OCTOBRE 2020

   

L’Observatoire Régional de la Santé présente cette année de nouvelles données sur les perceptions des habitants de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, sur les liens entre leur environnement et la santé. Ces données proviennent d’enquêtes* financées par la Région et l’ARS, réalisées pour mieux connaitre les préoccupations de la population et leurs évolutions, pour mieux répondre à ses besoins d’information et ajuster, sur la base d’un dialogue continu avec toutes les parties prenantes, les orientations des plans régionaux.

* Sources : Baromètre santé environnement Provence-Alpes-Côte d'Azur 2017 et extension régionale du Baromètre santé 2016

MALADIES À TRANSMISSION VECTORIELLE : LA POPULATION SENSIBLE AUX RISQUES

 

Les maladies à transmission vectorielle sont des maladies infectieuses transmises par des vecteurs (insectes, acariens…). Les données** analysées par l’ORS portent principalement sur les tiques, vecteurs d’une bactérie à l’origine de la maladie de Lyme, et les moustiques tigres, vecteurs du virus du chikungunya et de la dengue.

60 % DE LA POPULATION RÉGIONALE À DÉJÀ ENTENDU PARLER DE LA MALADIE DE LYME

Près d’1 habitant sur 5 pense qu’il est exposé aux piqures de tiques.

Au-delà de cette exposition perçue, 14% des habitants déclarent avoir déjà été piqués par une tique.

6 HABITANTS SUR 10 SE DISENT GÊNÉS PAR LA PRÉSENCE DE MOUSTIQUES CHEZ EUX ET AUTOUR DE CHEZ EUX

La moitié des habitants de la région se considère plutôt bien informée sur les maladies transmises par les moustiques. Parmi les maladies pouvant être transmises par les piqûres de moustiques auxquels ils sont exposés chez eux et autour de chez eux, 59% des habitants pensent qu’ils peuvent attraper le Chikungunya, 35% la dengue et 28% le paludisme.

**Extraits des analyses réalisées à partir de l’extension régionale du Baromètre santé 2016.

QUALITÉ DE L’AIR EXTÉRIEUR : UN SUJET DE VIGILANCE CLAIREMENT IDENTIFIÉ

Dans l’édition du Baromètre*** sorti en 2017, la qualité de l’air était déjà identifiée comme un des principaux sujets d’inquiétude de la population régionale.

PLUS DE 90% DE LA POPULATION RÉGIONALE CONSIDÈRE QUE LA POLLUTION DE L’AIR S’AGGRAVE…

Et 4 habitants sur 10 pensent que les pics de pollution présentent un risque élevé pour la santé. Au sein de la région, près de la moitié déclare également avoir déjà ressenti les effets de la pollution sur leur santé ou celle de leur entourage.

22 % DES HABITANTS DE LA RÉGION DÉCLARENT ÊTRE INFORMÉS SUR LA QUALITÉ DE L’AIR DE LEUR LIEU D’HABITATION

Les panneaux d’affichage, source d’information la plus citée, après les médias locaux

***Extraits des analyses réalisées à partir du Baromètre santé environnement Provence-Alpes-Côte d'Azur 2017.