COVID-19, Conditions de vie et Comportements : Enquête Longitudinale dans le SEnégal Rural (suite)

Problématique : 

La pandémie de COVID-19 en Afrique Sub-Saharienne connaît une diffusion virale relativement faible. Dans un contexte épidémiologique forcément incertain, notre projet combine des objectifs scientifiques et opérationnels. Sur un plan scientifique, il s’agit d'analyser les réactions des populations en situation de crise sanitaire COVID-19. Sur un plan opérationnel, notre projet comporte un dispositif longitudinal pour suivre la dynamique des réactions du public à la pandémie de COVID-19, à mesure que celle-ci se transforme, et évaluer la pression qu’occasionne la COVID-19 sur les zones rurales.

Objectifs : 

Le projet CO3ELSER-2 fait suite au CO3ELSER-1 qui a permis la réalisation de 4 vagues de recueil des données depuis août 2020.
Poursuivre cette série temporelle permettra de disposer de données uniques quant à l’évolution des attitudes, perceptions et comportements sur fond d’évolution pandémique : dans cette perspective, trois autres vagues d’enquête sont prévues. Une analyse qualitative des spécificités locales d’hésitation vaccinales est également prévue, dont les résultats alimenteront les questionnaires quantitatifs.

Méthodologie : 

Les données seront collectées dans la zone rurale de Niakhar (région de Fatick) au Sénégal.
L’étude reposera sur une enquête téléphonique longitudinale en population générale et inclura une étude qualitative sur l’hésitation vaccinale.

État d'avancement : 

La collecte de données se poursuivra dans 9 villages ruraux et 3 villages semi-urbains du bassin de Niakhar au Sénégal, auprès de 600 chefs de ménage, leurs épouses en charge de la gestion domestique et des personnes présentes à cause de la COVID-19.
Sur 600 ménages contactés durant les 4 premières vagues dans la zone de Niakhar, 560 chefs de ménage (93,3%) et 457 épouses en charge de la gestion du ménage (81,6%) ont accepté de participer à l’étude. Les participants à l’étude étaient âgés de 49 ans en moyenne, 62,4 % étaient agriculteurs, 17,5 % artisans et 12,9 % étaient employés/ouvriers.
Trois nouvelles vagues d’enquête seront réalisées entre 2023 et mi-2024.